Exploring the Unknown

Exploring the Unknown
Offerings to the God of Speed

Saturday, June 2, 2018

Interview With A Biker - Chantal Gendron By Pascale Fréchette

Ma mère est pure et dure
(click on the translate button to your right --->)
Mère de trois enfants, il était difficile d'avoir l'occasion de poser plus de trois questions à la fois. Je pouvais sentir qu'elle était distraite, s'assurant que le plus jeune n'arrangeait pas la maison. Elle a constamment fait tournoyer une mèche de cheveux autour de son doigt ou changé la position de ses jambes. La fierté et enthousiasme d'avoir à répondre à certaines questions la rendait incapable de rester assise. Mais elle était fière que je l'ai choisie et son expérience pour mon papier collégial.


Première questions, prête, partez !

Quand vous êtes allé en moto, qu'est étais la différence entre le nombre de femme & d'homme ? Elle a répondu qu'il y avait certainement plus d'hommes que de femmes. Cependant, les femmes étaient plus remarquées lorsqu'elles faisaient de la moto.

Vous êtes-vous senti en sécurité dans une communauté composée principalement d'hommes? Ma mère dit oui. Elle m'explique qu'il y a une solidarité dans la gang de motard qu’il la fait sentir en sécurité. 

Préférez-vous conduire ou être le passager? Passager, j’aime la liberté de regarder. 

Une autre question qui creusait ma peau était pourquoi elle voulait monter à moto en premier lieu. Le look que tu as sur une moto, le son. L’union. 

Y a-t-il un lien différent entre les bons amis et les amis motards? Les amis et les amis motard est deux expériences complètement différentes. Avec les motards, il y a une émotion de liberté, de pouvoir et un lien qui nous rapproche parce que on ne veut rien d’autre que « rider ». 

En parlent de balade, j’ai demandé c’étais quoi son voyage préfère. Ma mère ne put s'empêcher de sourire alors que son visage s'éclairait. Les souvenirs l'ont inondée. Rien ne peut l’arrêter. Laconia, New Hampshire. Elle me répond. La seule place ou les casses n’étais pas obligatoire mais les lunettes, oui. Ils étaient tellement dans le moment, qu’il on même pas penser de prendre des photos. Et puis, dans ce temps-là, les téléphones portables étaient pas la nouvelle caméra. 

Ma mère a déjà fait des compétitions, même. Mais le sujet à jamais aborder jusqu’à maintenant. Oui, j’ai fait le rodéo mécanique comme passager. Principalement, le conduiseur doit avancer le plus lentement possible et soit que le passager doit morde une pomme ou une saucisse sur une corde. Des fois, l’obstacle nous faisait avancer avec un barrie en avant de la roue.   

C'est marrant de voir comment quelqu'un s'intéresse quand vous frappez cette spécification de la passion. Une façon ou de l’autre, le sujet étais condamne à tomber sur ses motos préférer. Harley Davidson F.L.H, elle me dit. Pour le confort de long voyage et la place pour les bagages. 

Aussi non, j’aime bien le Harley Davidson softail, l’édition Fat Boy pour le look et le sons. Avec une moto qui ressemble à un softail, moi aussi je s’aurais intéresser. 

Maman de moto et fille de motocross, j’ai compris son obsession a la liberté. Ma mère n’est pas rebelle, mais je voulais savoir le pourquoi à la moto en comparaison a un bon livre. Ou quelle que soit la chose qui peut lui donner la liberté. Dans les années à ma mère, la moto était encore moins pour les filles. Elle m’a répondu que sur une moto, sa dérangeais pas qu’elle était une fille. Elle, elle était là pour la sensation de la liberté. Le bruit du moteur et les expériences que n’importe qui, qui étais en automobile ne pourra jamais être comparer. 

J’ai demandé « Si tu pouvais dire une chose aux jeunes filles qui veulent devenir motards, que serait-ce? » Elle vous encourage de partir et de faire de nouvelles expériences. « Parce que rien n’est plus fort que l’union d’une belle gang de motards, avec une gang de respectueux. Il y a plusieurs gangs. Moi j’ai eu la chance de connaitre une gang de motard honnête et respectueux. On n’a jamais eu de mauvaise expérience. » 

Une question en suspens jusqu'au bon moment. Il est finalement le moment. « Si je reçois une licence de moto, voudrais-tu rouler avec moi ? » Répondu avec une face surprise, mais elle sourit. Elle me rassure qu’elle le ferait avec fierté. Pour dire, juste un moment avant on parlais d’une moto qu’elle aimerait si elle était pour recommencer. Harley full Crome elle m’avais dit. Il semble qu’on va avoir des projets à suivre. 

Acknowledgements


Un merci spécial à Chantal Gendron pour avoir pris le temps et la peine de me rencontrer et de partager son histoire.

About Pascale Fréchette


Pascale Fréchette studied at Champlain College Lennoxville located in Quebec, Canada. Interview With a Biker - Chantal Gendron was written as part of a class activity for a course titled Zen & The Art of Motorcycle Studies in the Department of Humanities.

Call For Submissions!


Would you like to be a Guest Contributor? 
Say What? is always looking for quality contributions! 
Contact Us Today!

No comments:

Post a Comment